Diabolisation de Mélenchon et nombrilisme journalistique

Les errements du magazine du Monde
Le 4 mai, le magazine du Monde a produit un dossier spécial d’une extrême violence contre J.-L. Mélenchon. Le blogueur Antoine Léaument a fait une remarquable analyse de ce chef-d’œuvre de haine, de propagande et d’inepties :

Méchant Mélenchon

Odieuse. Comment qualifier autrement cette édition du magazine du Monde, datée du 4 mai 2013 ? A la veille de la marche du 5 mai (qui a réuni 180 000 têtes dures, n’en déplaise à Monsieur Valls), le journal de révérence par excellence a essayé de plomber l’ambiance avec une couverture propre à effrayer le nanti ; au milieu de photos d’un meeting où le coprésident du Parti de Gauche est systématiquement présenté comme violent s’étale un titre, racoleur : « Le grand MÉCHANT Mélenchon » – « méchant » est bien en majuscules, je n’en rajoute pas.

Quand j’ai vu cette couverture, qui a été rendue publique quelques jours avant la parution, j’ai d’abord cru à une blague : venant du Monde, ça me semblait trop gros, trop lourd, trop pataud. Une fois l’information confirmée, j’ai ensuite pensé qu’il s’agissait d’une façon intelligente et drôle d’amener des articles qui allaient en fait faire l’étude des mécanismes médiatiques de diabolisation de Mélenchon, à l’œuvre un peu partout en ce moment.

Cet espoir de lire un ou des articles d’une analyse sémiologique poussée a évidemment été déçu : le papier correspondant à la couverture fait en réalité exactement l’inverse et apporte seulement un peu d’eau au moulin de la diabolisation mélenchonienne. Il constitue d’ailleurs un parangon de ce type d’articles, et je voudrais ici l’analyser afin de mettre en évidence les ressorts employés par les journalistes qui l’ont écrit : Raphaëlle Besse Desmoulière et Vanessa Schneider. Mais l’analyse que je souhaite faire ici serait incomplète si je n’y étudiais pas aussi un autre élément que l’on retrouve dans un grand nombre d’articles concernant Jean-Luc Mélenchon : le nombrilisme journalistique.

I)       Diabolisation de Mélenchon

Trois grands éléments de diabolisation de Jean-Luc Mélenchon sont utilisés dans cette édition du magazine du Monde : des dispositifs visuels, des dispositifs lexicaux et, enfin, des dispositifs thématiques.

1)      Le dispositif photographique

Le premier élément technique utilisé dans l’entreprise – consciente ou non – de diabolisation de Jean-Luc Mélenchon est un dispositif photographique. Il s’agit d’abord évidemment de la couverture, qui juxtapose des clichés d’un meeting où le coprésident du Parti de Gauche est ostensiblement présenté comme un homme « énervé », « en colère » et « méchant » (je mets ces termes entre guillemets puisqu’ils apparaissent, nous le verrons ci-après, dans le champ lexical utilisé par les auteures de l’article).

Les photographies utilisées à l’intérieur du magazine pour illustrer le papier de Raphaëlle Besse Desmoulière et Vanessa Schneider ne sont pas en reste. Sur deux de ces photographies, Mélenchon « crie » (encore un terme du champ lexical utilisé par les auteurs). Sur une autre, il semble « en colère » (même remarque) mais une seconde photo est apposée dessus et présente le coprésident du Parti de Gauche (pas vraiment à son avantage) se recoiffant devant trois micros ; comprenez : « il tape sur les journalistes mais ne refuse jamais une interview ». Je n’extrapole pas : c’est peu ou prou ce qui est écrit tout au long de la page 38 de cette édition du magazine du Monde.

Pages 35 et 36 de l'édition du magazine du monde datée du 4 mai 2013

Pages 35 et 36 de l’édition du magazine du monde datée du 4 mai 2013

2)      Le dispositif lexical

Le second élément utilisé dans l’entreprise de diabolisation de Jean-Luc Mélenchon est un dispositif lexical et il est en fait à l’origine de ma volonté de rédiger cet article. Lorsque j’ai lu le papier de Raphaëlle Besse Desmoulière et Vanessa Schneider, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant de surligner les mots relevant soit du champ lexical de la violence soit visant à déprécier plus directement le coprésident du Parti de Gauche, et de lire tous ces mots surlignés d’une traite. J’ai été moi-même étonné du résultat…

MÉCHANT / coup de gueule / rage politique / attaques virulentes / radicalise / rebelle colérique / Mélenchon est tétanisé / mal à l’aise / grande gueule / orateur virulent qui défouraille à tout-va / ne fait pas le malin lorsqu’il croise plus énervé que lui /  bravache / tribun provocateur flirtant avec le populisme / homme en colère / rien ne semble l’avoir apaisé / quelqu’un qui est en colère / verve tonitruante / mauvais caractère / rage qu’il laisse déborder / hargne / il fustige / hargne / hargne / asséné / détestation ancrée de longue date / ce qui ne l’empêche pas de se plaindre / attaque régulièrement / il s’attaque / il peut refuser d’adresser la parole / il houspille sans ménagement / rien ne semble lui convenir / ses colères sont de plus en plus fréquentes / il s’en prend à / cinglant / l’insulte / la diffamation / il s’en prend à / injures / intimidations / dérives fascisantes dont il est lui-même devenu coutumier / colères / soupe au lait / pousser des gueulantes est dans sa nature / montées de colère / violence / il gueule un bon coup / susceptible / il supporte peu la critique / en rage / sa détestation / éructer / bouderies / radicalisation / en colère / trop sectaire / colère qu’il ne cesse de déverser / excès paranoïaque / crie sur tous les toits.

Edifiant, n’est-ce pas ? Pour un article de trois pages, le moins qu’on puisse dire c’est que Raphaëlle Besse Dessmoulière et Vanessa Schneider ont chargé la mule, en usant de divers dispositifs pour noyer le poisson, et notamment en utilisant un certain nombre de citations d’adversaires ou de proches de Jean-Luc Mélenchon, manière de dire : « vous voyez, tout le monde est d’accord ». Trois pages d’élucubrations journalistiques. Pas un mot sur le fond.

3)      Le dispositif thématique

Le dernier élément qui participe d’une diabolisation du coprésident du Parti de Gauche repose sur le ressassement de thèmes récurrents ; plus poétiquement, on pourrait dire qu’il s’agit là de brasser du fumier. Tout y passe : il « fustige » « les riches et les bourgeois » alors qu’il en est un (propos cher à Marine Le Pen qui, contrairement à Jean-Luc Mélenchon, n’a toujours pas révélé son patrimoine), il « attaque » les journalistes alors qu’il « parcourt les plateaux de télévision », il « partage (…) un langage commun » avec Marine le Pen et, enfin, il a une « présence épisodique » au Parlement européen.

Bref : il faut que ça rentre dans votre tête, de gré ou de force : Mélenchon ne peut ontologiquement pas défendre le peuple parce que c’est un bourgeois, il ne peut que faire semblant de taper sur les journalistes parce qu’il est toujours à la télé et d’ailleurs vous en savez quelque chose parce que vous n’arrêtez pas de l’y voir, il est aussi dangereux que Le Pen puisqu’il utilise les mêmes mots (notons, fait rare, qu’il est tout de même précisé dans l’article qu’il « propose des solutions radicalement différentes » de cette dernière) et, enfin, c’est évidemment un profiteur puisqu’on ne le voit pas beaucoup au Parlement européen alors qu’il n’arrête pas d’en faire des caisses sur les élus du peuple et toutes ces salades.

II)     Le nombrilisme journalistique

Je voudrais maintenant analyser un point qui ne concerne pas directement le traitement médiatique de Jean-Luc Mélenchon mais qui y est tout de même lié puisque, pour tout interviewer qui se respecte, il est presque devenu une règle de commencer son entretien en  demandant au coprésident du Parti de Gauche s’il ne trouve pas qu’il exagère quand même un peu avec ces pauvres petits journalistes qui, après tout, ne font que leur travail.

L’article de Raphaëlle Besse Desmoulière et Vanessa Schneider est en effet révélateur d’un autre travers actuel du journalisme : le nombrilisme. « Moi, moi, moi et mes petits copains » : voilà ce qui intéresse désormais le journaleux moyen. Je ne résiste pas à l’envie de faire ici un petit relevé du champ lexical des médias.

Journalistes / plateaux de télévision / plateau de télévision / Grand journal / studios / les journalistes / plateaux de télévision / émission « Des paroles et des actes », sur France 2 / record d’audience / grandes émissions / la presse / Le Monde / journal / journalistes / interview / émissions de grande écoute / divertissement / « On n’est pas couché », l’émission de Laurent Ruquier sur France 2 / émission / divertissement / starlette lambda / audiences / le plateau de l’animateur vedette / magazine GQ / la plume / Les dépêches du Jura / médiacrates / éditorialistes / journalisme / rubricards des quotidiens / les photographes / interviewé par Le Monde, TV5 et RFI / étudiant en journalisme / bus des journalistes / photographe de Libération / un journaliste de L’Express / journal / hebdomadaire / Christophe Barbier, directeur de la rédaction / médias / tribunes / gens de médias / des journalistes / émissions de télévision.

Au final, l’article considéré parle autant de Mélenchon que des journalistes. Plus exactement, une bonne partie de l’article est consacrée à l’étude du rapport que le coprésident du Parti de Gauche entretient avec ces derniers : sur trois pages rédigées, ce sujet représente à lui seul une page entière. Nombrilisme.

En fait, comme toujours, il manque une chose fondamentale à cet article : une étude du fond et des propositions. Jean-Luc Mélenchon est toujours ramené par les journalistes à la forme de son discours, et ceux-ci lui reprochent ensuite de « ne pas faire de propositions concrètes » alors qu’il est systématiquement contraint de lutter avec les dispositifs médiatiques mis en œuvre contre lui pour pouvoir présenter son programme politique. Raphaëlle Besse Desmoulière et Vanessa Schneider écrivent par exemple, je l’ai dit, que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon proposent  « des solutions radicalement différentes » ; fort bien… qu’elles se fendent alors un jour d’un article qui montre que la présidente du Front national est une grande protectrice du capitalisme alors que Jean-Luc Mélenchon en est l’adversaire résolu, plutôt que de systématiquement ramener l’un et l’autre dans le panier fourre-tout du populisme. Et d’ailleurs, puisqu’on parle de « populisme », qu’elles commencent par définir ce terme et par nous montrer concrètement ce qu’elles y font entrer.

Il est grand temps que les journalistes comprennent qu’ils ont un rôle puissant dans la construction du réel et que, comme les analystes financiers, ils donnent parfois largement dans la prophétie auto-réalisatrice. S’ils souhaitent réellement que Jean-Luc Mélenchon arrête de les « houspiller », qu’ils cessent de lui demander s’il ne regrette pas ses propos et si, quand même, il n’est pas un peu populiste sur les bords ; qu’ils prennent exemple sur le format proposé par le « Médiapart live » où de nombreuses propositions de fond ont pu être abordées. De même, s’ils souhaitent que le coprésident du Parti de Gauche arrête de se mettre « en rage » lorsqu’il est « comparé à Marine Le Pen », qu’ils arrêtent ces comparaisons absurdes qui relèvent d’un fantasme journalistique et qu’ils mettent en évidence les différences profondes qui existent entre le programme du Front de Gauche et celui du Front national. Enfin, plutôt que de relayer les critiques des solfériniens qui nous jugent responsables de la montée du FN parce que nous diviserions la gauche (ce qui est absurde : personne n’a jamais pensé que la guéguerre Copé-Fillon, qui a divisé la droite, allait faire monter le Front de Gauche), qu’ils cessent de brasser du vent sur la « dédiabolisation » du Front national supposément opérée par Marine Le Pen et qu’ils s’attaquent aux détails du programme de cette dernière qui prône par exemple la fin du droit du sol et la suppression, dans le droit français, de la possibilité de régulariser des clandestins.

En somme, plutôt que de déplorer la montée du Front national, il est temps que les journalistes prennent conscience de leur part de responsabilité dans l’accentuation de ce mouvement résistible et qu’ils fassent enfin leur travail : informer et instruire.

Cet article, publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Raphaëlle B. Desmoulières, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde, Mélenchon = Le Pen, Mélenchon-méchant-avec-les-journalistes, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Diabolisation de Mélenchon et nombrilisme journalistique

  1. Paulo A. Paranagua, le journaliste du Monde fut auparavant un militant d’extrême gauche, plus exactement du PRT-Fraction Rouge, une scission trotskiste de la guérilla guévariste argentine (l’ERP -Armée Révolutionnaire du Peuple fondée en 1970).

  2. villanova dit :

    « Tout ce qui est excessif est insignifiant »
    Ne perdons pas notre énergie avec des « journeaux » et des journaleux qui sont les gardiens du temple néo-libèral. .
    Consacrons nous à notre tâche et à la propagation de la Révolution citoyenne par tous les moyens à notre disposition.

  3. ZapPow dit :

    @ villanova

    Le hic, c’est qu’à force de lire et d’entendre ce discours, il finit par convaincre beaucoup de gens. Vous n’avez pas idée du nombre de commentaires que je vois qui disent que Mélenchon (et le FDG) ne proposent rien, parfois même venant de personnes qui n’ont pas d’a priori concernant son style.

  4. Il est clair qu’en tapant systématiquement sur le FDG plutôt que sur le FN, ces journalistes-là et les médias dominants ont choisi leur camp. Je n’attends rien d’eux. Ce sont des ennemis.

  5. E_mmanuel dit :

    Sur le plan iconographique, je vous invite à lire ce que publient quelques contributeurs réguliers sur le forum « Sans Entraves ». Lien : http://sansentraves.heberg-forum.net/sutra110695_melenchon-chevenement-2012.html#110695

  6. O.P.I.A.M. dit :

    Merci beaucoup, c’est très intéressant.

  7. dorzédéjà dit :

    Le serial killer tue pour oublier qu’il tue. S’il s’arrête, il se reconnaît comme tueur. Jean Quatremer, qui toute sa vie a misé sur la secte de la Main Invisible du Marché, ne peut plus faire machine arrière. Il est condamné à réitérer indéfiniment son allégeance à la secte néo-libérale. Les coups de boutoir d’un Todd ne peuvent que l’étourdir un court instant. Tel le joker dans Batman, il mourra dans un rire mécanique. Horrible destin.

  8. Sans terre dit :

    Le constat est partout le même…!
    un article de Luciano Wexell Severo sur Venezuela infos http://venezuelainfos.wordpress.com/2013/05/10/democratiser-la-propriete-des-medias-un-inquietant-reve-latino-americain/

  9. À ce titre, il déclarait le lundi 22 août 2005 : « Il n’y a pas cinquante candidats pour l’élection présidentielle de 2007 au PS, au point où nous en sommes, il n’en reste que deux : Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn . Ce sont deux hommes intelligents, qui ont bonne mine, mais il faut bien les démarquer sur quelque chose donc sur leurs idées et leurs engagements. […] Je souhaite que le PS ne fasse pas l’erreur d’aller présenter un candidat qui aurait été partisan du oui [à la Constitution européenne , ce qui est le cas de Dominique Strauss-Kahn]. Par raisonnement, je déduis que c’est Laurent Fabius qui doit être candidat. […] Fabius a été ministre, il est capable de diriger le pays. Je vais le soutenir, mais pas de chèque en blanc ». Le surlendemain de l’investiture de Ségolène Royal par le Parti socialiste, il assistait à un meeting de la gauche antilibérale , laissant planer le doute sur son éventuel soutien à sa candidature à l’élection présidentielle.

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s