La « posture » des journalistes seuls contre le reste du monde

Les journalistes parlent aux journalistes

     Mardi 10 juin 2014. Voici comment se concluait la « chronique politique » de Caroline Roux dans l’émission radiodiffusée « Europe matin » (Europe1), animée par Thomas Sotto :

Thomas Sotto : « Mais ce qui est curieux, Caroline, c’est qu’il devrait avoir un boulevard, Jean-Luc Mélenchon, entre l’impopularité de François Hollande, un premier ministre qui n’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler un représentant de la « gauche dure », les annonces d’économies, le gel des prestations sociales etc. etc. »
Caroline Roux : « Vous savez comment tout ça s’est terminé ? Le Front national avec onze villes, 25% aux européennes. C’est une victoire par K.O. Jean-Luc Mélenchon ne capte pas cet électorat qui veut des frontières, être protégé. Il ne mobilise pas non plus les cadres, les fonctionnaires déçus par François Hollande. Alors il peut s’agacer contre les médias, contre le reste du monde, il  a une révolution à faire, Jean-Luc Mélenchon : la sienne. »
Thomas Sotto : « Eh oui, il ne s’y attendait sûrement pas mais la posture « Mélenchon seul contre le reste du monde » se vérifie : quand il se retourne Jean-Luc Mélenchon, eh ben il voit plus grand monde derrière. »

Sermon habituel des curés médiatiques au pécheur Mélenchon. Sauf que Mélenchon n’a jamais pris de posture « seul contre le reste du monde ». Dès la création du Front de gauche en novembre 2008, le but était de rassembler la gauche. Mélenchon a toujours été d’accord pour s’allier aux Verts, il a même souvent proposé d’être leur « porte-bagage », pourvu qu’ils soient sur une ligne de gauche. C’est précisément ce qui se passe à Grenoble, où gouverne une coalition des Verts (Éric Piolle, maire) et du Parti de gauche (Élisa Martin, 1ère adjointe au maire). Seul contre le reste du monde, Mélenchon ? Il n’a cessé pourtant d’œuvrer pour l’union avec le NPA et ce qui reste de la gauche du PS.

     La posture « seuls contre le reste du monde », ce sont précisément ces deux curés qui la prennent, incapables, eux, de faire leur propre révolution : pratiquer l’autocritique, modérer leur nombrilisme, se mettre à penser. Tous pourris sauf Nous les Journalistes, Nous les saints, Nous seuls contre tous ! Telle est leur devise – tantôt saints, tantôt Poujade.

Thomas Sotto, journaliste-animateur chez Europe1 et M6, éructe sur les éboueurs qui ont un second emploi non déclaré

     Thomas Sotto présente aussi l’émission de M6 « Capital ». Voici quelle était la présentation de l’émission du 3 novembre 2013, titrée très objectivement et impartialement « Les éboueurs dictent leur loi » :

« Dans ces quartiers Nord et même en centre-ville, ce qui frappe les visiteurs et met en colère les Marseillais ce sont ces rues souvent sales. Il faut dire que les éboueurs travaillent selon une coutume du « fini-parti ». Certains leur reprochent de bâcler ainsi leur travail pour rentrer plus vite chez eux et parfois exercer un deuxième emploi non déclaré. Mais les éboueurs sont massivement soutenus par le syndicat FO, un Etat dans l’Etat à Marseille. Enquête sur un dysfonctionnement symptomatique. »

La métaphore que fait Jean-Luc Mélenchon du journalisme comme nouveau clergé est donc, une nouvelle fois, parfaitement justifiée :

« Là où l’Église a disparu, là où les partis politiques ont été discrédités, là où l’action politique passe pour inefficace, il reste les prescripteurs de morale. Ceux qui disent ce qui est bien et ce qui est mal. Qui n’ont de comptes à rendre à personne, qu’il est impossible d’interpeller – parce que si on les interpelle, aussitôt la corporation se mobilise ; si on dénonce un comportement particulier, c’est une « agression personnelle » ; si on ne critique ni la personne, ni l’acte, mais le média, c’est le média qui réagit en temps que tel, bref : une caste d’intouchables, des vaches sacrées avec qui il est impossible de dialoguer, qui appliquent leurs propres normes, au mépris de ce qu’ils reprochent aux autres. » (voir la conférence de Jean-Luc Mélenchon, invité au Centre de Formation des Journalistes -CFPJ)

Sur le mot « posture », voir aussi Diabolisation verbale de Mélenchon dans les médias 4/4.

Cet article, publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La « posture » des journalistes seuls contre le reste du monde

  1. Un super article, de nouveau ! Bravo et merci à toi ! Je suis toujours un peu plus ébahi de ce que se permettent ces prescripteurs de bonnes manières qui ne s’appliquent pas à eux-même leurs conseils. Quand Mélenchon les critique, il « éructe », il « vocifère », etc. Quand eux s’en prennent à lui, c’est de l’impertinence informative et de l’information pertinente.

    Le plus incroyable, dans tout ça, c’est que ceux qui accusent Mélenchon d’en « attenter à la liberté d’expression, qui est la condition nécessaire de la démocratie, blablabla » sont les mêmes qui mettent en danger la liberté d’expression : avec eux, on peut tout dire, sauf s’il s’agit de les critiquer. L’antisémitisme de Jean-Marie Le Pen ? Un « dérapage ». Mélenchon qui se permet de dire que les éditocrates ne font pas bien leur boulot ? Assurément un dictateur en herbe.

    #SeulAvecMélenchon

  2. Dorzédéjà dit :

    Le monde des journalistes s’enfonce toujours davantage dans la médiocrité de l’entre-soi. Ils ne discutent plus qu’incestueusement avec eux-mêmes. Vivant en grande partie de subventions, la désertion du lectorat ne les menace que peu. La statue du commandeur qu’est Mélenchon, ils l’assaillent de quolibets comme Don Giovanni. Ils n’aperçoivent pas que le mépris de la vérité, de l’intelligence et de la culture n’est autre que le mépris de soi.

  3. tholluche dit :

    Il va y en avoir des prétendants pour entrer dans la « propagandastaffel » du gouvernement Le Pen après 2017. Pour le poste de chargé de la question Islamique le poste est déjà réservé à C.Barbier. Dans un état ou règne la cupidité et la culture de son égo tout est vendre !

  4. Yves-André Peremer dit :

    Mélenchon estimait déjà que seule l’alliance roses-rouges-verts ferait une majorité de transformation sociale en… 1992, au Congrès de Bordeaux
    http://88.191.186.184/cg-ps/documents/pdf/codir-1992-04-11.pdf (p. 132)

  5. Bob dit :

    Le principal problème c’est que ces journalistes au service de leur journal ou de leur chaîne se croient IN-DIS-PEN-SA-BLES.

    Ils ne se sont pas encore rendu compte qu’on se passe parfaitement d’eux.

    Il y a d’abord les livres et les conférences mais aussi des centaines de sites « non alignés » bien mieux écrits et bien plus intéressants que leurs articles et même d’excellents blogues, et ce, dans toutes les langues du monde…

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s