Diabolisation visuelle de Mélenchon dans les médias 4/7

Analyse modifiée le 7 décembre 2013, le 9 avril, le 12 avril et le 20 décembre 2014

     De juin 2013 à décembre 2014, une même illustration neutre et objective a été choisie au moins trente quatre fois par la presse écrite pluraliste, déontologique et non partisane. Libération et Le Point l’ont utilisée quatre fois chacun :

libmerde

https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/06/libc3a910et16juin.jpg?w=677&h=42220minlib

expressobsexpress2https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/08/genc3a8vemontagne.jpg

https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/06/lepoint_nouvelobs.jpg?w=692&h=303

lepoint2

france3 2 nov 2013https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/06/parisdirmat.jpg?w=698&h=343

dirmat2

derf3a lcpalsace

brux

 tage20min

deustchlandtoday

En 2010, le journal allemand Deutschland Today était vendu à 1,8 millions d’exemplaires par semaine.

bild2fois

matin24h

cr
Ajout du 9 avril 2014 –
Le seul site Internet politique utilisant la photographie qui plaît à tant de journalistes est le repère des antisémites et néonazis francophones, le site d’Alain Soral :

soraliens

La question du choix iconographique est essentielle. André Gunthert, historien et enseignant-chercheur en culture visuelle, en avait donné une explication précise dans son analyse « De Hitler à Mélenchon. Petite généalogie de la diabolisation visuelle ». Dans un commentaire de son blog, il ajoute :

« Il faut bien comprendre que l’arme visuelle n’a aucun caractère d’objectivité. Quelle que soit l’ampleur de ses crimes, Hitler n’était pas 24h sur 24 un pantin vociférant, la bave aux lèvres. Des photos ou des films le montrent souriant, caressant son chien, ou plaisantant avec ses proches. Qu’il soit un monstre n’est pas quelque chose qui “se voit” à l’œil nu, mais ressort d’un choix iconographique orienté – un processus qu’on peut appliquer à d’autres personnes, le cas échéant de manière injustifiée.
Il est dans la nature du discours politique de se prêter à la caricature tribunicienne. Dans un discours public d’une heure ou deux, n’importe quel orateur aura nécessairement des moments de harangue que la photographie peut isoler et rendre de façon brutale. Même dans le cas de quelqu’un de relativement peu expressif comme Hollande, les enregistrements vidéo des discours de la campagne présidentielle de 2012 montrent qu’il serait facile de produire des images grimaçantes ou tribuniciennes. Si des photos de ce genre existent, ce ne sont pas celles-là qui ont été retenues, car elles ont été jugées non pertinentes par rapport à l’image que l’on voulait donner du candidat… Ce qui signifie que ce sont les choix narratifs qui orientent la représentation visuelle, et non le contraire… La meilleure preuve est que dans un journal comme l’Humanité, Mélenchon paraît souriant et charismatique… »

Dans « Images de la bouche béante dans la caricature française et anglaise pendant la Révolution », Barbara Stentz, docteur en histoire de l’art, écrit à propos de la caricature ci-dessus :

« […] Marat est changé en personnage grotesque et fortement enlaidi. Ce défoulement sur le corps du député montagnard reflète la répulsion de Cruikshank à son égard et, par extension, celle de l’opinion anglaise à l’encontre du radicalisme révolutionnaire français. La laideur physique signifie la laideur morale et les déformations corporelles signalent la dangerosité.
[…] Si l’image de la bouche béante a une portée symbolique déjà ancienne, la caricature politique de l’extrême fin du 18e siècle a su réemployer ce motif expressif à des fins de propagande, contribuant à établir des types physiques de l’ennemi en correspondance à sa laideur morale et à sa bestialité, dans tous les sens du terme. […] Ce qui ressort de ces quelques exemples de bouches criantes est à mettre en relation avec toutes les théories qui visent à décoder et interpréter les signes des débordements du corps, ceux de la mimique en particulier, censés permettre de démasquer et de dénoncer l’ennemi […]. »

Quand Libération et le Monde ne recopient pas des dépêches de l’AFP, ils se débrouillent pour faire le même titre à un jour d’intervalle – voir ces deux articles des 29 et 30 septembre 2012¹ :

https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/05/alemagnabesse.jpg?w=678&h=352À gauche, un article de Lilian Alemagna paru le 30/09/12. À droite, un article de Raphaëlle Besse Desmoulières paru la veille. Dans les deux, des citations anonymes.
https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/05/divisions.jpg?w=482&h=201Un étrange mimétisme du 8 mai 2013 dans La Nouvelle République

Le 7 avril 2013, voici quelles étaient les Une de Libération et du Parisien (en bas à droite, un article de Mediapart paru quelques jours plus tôt) :

https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/05/libc3a9parmediapart.jpg

Les journaux La Voix du Nord et La Dépêche, les 4 et 12 mai 2013, ont aussi produit le même titre :

   https://opiam2012.files.wordpress.com/2013/06/cherche.jpg

     De nombreux journalistes pratiquent donc la diabolisation de Mélenchon non seulement dans leurs illustrations, mais aussi dans leur titraille. Le sommet du journalisme éthique-responsable-neutre-objectif-etc. est atteint par exemple lorsque Libération titre sa Une « Mélenchon, l’escalade », avec comme illustration le détail d’une photographie montrant Mélenchon dans l’ombre, seul, sur fond rouge, avec comme sous-titre :  « Coup de balai », « purification » [mot que Mélenchon n’a jamais prononcé], le leader du Front de gauche profite du scandale pour durcir encore son discours ».

     La diabolisation de Mélenchon se déchaîne particulièrement dans les moments où il est le plus populaire – que ce soit à l’occasion de manifestations ou de sondages favorables. Elle s’exprime par deux moyens, combinés ou pas :

– le déni médiatique : les 120 000 personnes présentes le 18 mars 2012 lors de la marche pour la VIe République sont réduites à « des milliers », au mieux à « plusieurs milliers » ; les 180 000 du 5 mai 2013 sont réduites à « un échec », au mieux à 30 000 personnes.

– l’assimilation à Hitler, Le Pen, Staline, El Assad, Mao, etc. : le rassemblement des 120 000 personnes à la Bastille le 18 mars 2012 a été comparé par le journaliste Jacques Julliard (Marianne) aux « enthousiasmes collectifs organisés, tels qu’on les pratiquait dans l’Allemagne nazie et la Russie soviétique »². « Mélenchon = Le Pen » dans la presse en janvier 2012 » compte quatorze assimilations de Mélenchon à Le Pen pour ce seul mois, dont trois dans Libération. Le meeting du 14 janvier à Nantes, ainsi que le succès de Mélenchon lors de l’émission « Des paroles et des actes » le 12 janvier, coïncidaient avec son passage de 4 à 7% d’intentions de vote dans les sondages. Ces deux évènements marquèrent le début de la campagne. Ils mirent la meute en mouvement et le 16 janvier fut un jour de déchaînement de violence dans toute la presse. Les deux derniers jours de la campagne électorale présidentielle de 2012, le journaliste Gilles Daniel publia dans le journal Metro une photo de Mélenchon raccompagnant El Assad à son avion³, prise onze ans plus tôt, et non légendée. Cette photo a été vue par quatre millions de personnes, sans droit de réponse possible, puisque le lendemain il était interdit de parler de politique dans la presse jusqu’aux résultats. La manifestation du 30 septembre 2012 contre l’austérité (80 000 personnes) a été lilianalemagnisée et besse-desmoulierisée (voir plus haut, les deux mêmes titres à un jour d’écart). Plus récemment, la manifestation du 5 mai à Paris a suscité un déferlement de haine de la part de très nombreux journalistes. Mélenchon, ses électeurs et sympathisants ont été assimilés tous les jours à Hitler, aux nazis, à Le Pen, aux néo-nazis grecs d’Aube dorée, aux « pires crimes « , etc., en particulier par des journalistes de Libération et du Monde.

***

Merci à « niagaonin » du forum « Sans entraves » qui a signalé la caricature de Cruikshank ainsi que l’étude de Barbara Stentz. Sur le même sujet, il a fourni de nombreux éléments qui ont aussi permis de constituer le mois dernier l’analyse « Diabolisation visuelle de Mélenchon dans les médias 1/7 »  .

Sur la diabolisation de J.-L. Mélenchon au moyen de dispositifs visuels, lexicaux et thématiques, voir aussi l’excellente analyse d’Antoine Léaument : « Diabolisation de Mélenchon et nombrilisme journalistique : les errements du magazine du Monde ».

***

Notes :

1. Voir « Article pitoyable du militant anti-politique de Libération » à propos du titre « Mélenchon, combien de divisions ? », paru le lendemain de celui de Raphaëlle Besse Desmoulières du Monde, « Jean-Luc Mélenchon, combien de divisions ? ».

2. « Contre le « Hollande bashing », 6 mai 2013, Marianne.

3. Voir « Trois calomnies médiatiques dans les cinq derniers jours de la campagne électorale » (OPIAM), à propos de l’article de Gilles Daniel « Fin de campagne à couteaux tirés » (Metro, 20 avril 2012).

Publicités
Cet article, publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 2 --- TÉLÉVISION ---, 20 minutes, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde, 8. Le Parisien, Agence France-Presse, Direct Matin, France3, La Tribune de Genève, LCP, Le Matin, Le Point, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Diabolisation visuelle de Mélenchon dans les médias 4/7

  1. dorzédéjà dit :

    Qu’il est difficile de penser quand on est journaliste, c’est à dire de ne pas penser.

  2. marxisteanonyme dit :

    La presse se complaît dans cette représentation grotesque d’un Mélenchon aboyant, éructant, grossier & irrespectueux. Loin d’eux la vision honnête d’un homme intègre (aucune stratégie électoraliste), franc, et érudit et visant juste dans sa critique d’un système pervers. Ce serait faire faux bond au Fn, l’ « eau qui dort » dont plus personne ne se méfie.

    • GRAMOPHONE dit :

      Hélas la conscience populaire, contre la bourgeoisie, (définition de Jaurès toujours d’actualité) a été effacé de manière violente et sournoise, au point que des ouvriers, des chômeurs, des gens modestes, votent pour la droite et l’extrême droite aujourd’hui. Pourquoi? Parce que justement l’éducation manque ou est habilement impartie de manière à effacer certains faits indispensables de l’histoire!

    • GRAMOPHONE dit :

      Je conseil humblement que chaque ouvrier, que chaque chômeur, prenne le temps de lire des textes du genre « Le discours de la servitude volontaire »; « Le discours de la méthode » et visionne des documents clés du genre « Let’s make money » ou encore « La city ou les finances en aux troubles » (disponibles sur Dailymotion et Youtube) manière accélérée de s’instruire, mais indispensable pour comprendre la volonté de Hermann Scheer : « Tant que les petits gens, ne s’informeraient pas, et chercheraient à se défendre ensemble, les sangsues de la finance auraient des longues années devant eux »

  3. dorzédéjà dit :

    C’est vrai. Et le triomphe de la bêtise n’est peut-être pas si douloureux que ça. Laissons-nous faire, nous ne sentirons rien. La connerie nous est familière, vive la famille.

  4. Buzz dit :

    Tiens, marrant de voir chez vous l’échafaudage de telles visions « conspirationnistes », vous qui aimez tant les dénoncer chez les autres, n’est-ce pas ? 😉

  5. andrieux dit :

    La lutte des classes fait rage avec aussi pour moyen la bataille ideoloque dans les medias propriétés de la bourgeoisie capitaliste

  6. Masia dit :

    Du journalisme ? …non de la propagande au service du pouvoir .

  7. dominique58 dit :

    Les mêmes ressorts que la propagande raciale nazie, défigurant sur les affiches, le physique des personnes juives, ou ironisant sur les portraits: »hirsutes et menaçants » des Arméniens torturés par la GESTAPO,de l’affiche rouge, avec le commentaire: »Vos sauveurs »!
    Je propose de mettre face à face ses illustrations infamantes d’hier et d’aujourd’hui avec en légende : « les réactionnaires, les fascistes veillent toujours sur nos rêves pour les transformer en cauchemars »!

    • Couderc Amaury dit :

      Tout ceci est tristement exact, mais alors J.Luc pourquoi utilise tu les mêmes méthodes avec ceux que tu intériorise comme tes adversaires politiques (mais qui ne le sont pas forcément ) dixit les bonnets rouges….ou même parfois avec tes amis ?

      • O.P.I.A.M. dit :

        Les benêts rouges sont un ramassis de petits et grands patrons esclavagistes, de soraliens-dieudonniens, de militants anti-homosexuels, etc.

  8. flo dit :

    Mélenchon m’informe de ce que le capitalisme fait aux peuples sur la planète. Le reste, je m’n tape.

  9. prochasson dit :

    j juc melenchon est un homme politique honnete, humain et instruit qui nous aide à déchiffrer les minables petites actions dissimulées derrière un verbiage élaboré .
    Par ailleur, un mot à propos de ces attaques par l’image. Trés loin de moi l’idée de soutenir le patron actuel du medef , mais….. réalisez vous camarades la gestuelle et la caricature que lui font les guignols !!!!!!!!!! ça évoque furieusement UN RAT et qqpart , de profil ….. allez cherchez un peu du coté de l’affichage nazi : non ? je m’étonne que la Licra tombe sur Dieudonné et ne dise pas un mot sur ça

    • O.P.I.A.M. dit :

      En effet il y a du poujadisme et du lepénisme à CANAL+… le cofondateur des Guignols Bruno Gaccio n’est-il pas un soutien de Dieudonné ? Yann Barthès n’a-t-il pas fait un salut nazi à-l’insu-de-son-plein-gré ?

  10. Ping : "L'Express" diabolise Mélenchon et dédiabolise Le Pen

  11. Ping : Photo pourrie de Mélenchon : Libération récidive.

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s