Faille spatio-temporelle au journal « Libération »

Un journaliste n’assimile pas Mélenchon à Le Pen, ne l’attaque pas déloyalement, n’insulte pas ses sympathisants, traite du fond et non de la forme, ne donne pas de leçon de politesse, ne fait pas de nombrilisme corporatiste. L’illustration de l’article n’est pas injurieuse, pas destinée à diaboliser ou à ridiculiser. Lire la suite

Publicités
Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération | Tagué , , , , , , , , , | 1 commentaire

Pour les Minus & Cortex du laboratoire d’ « Europe1 », les chatons mignons de Marine Le Pen sont politiques, pas la violence patronale

     La sortie de « Merci Patron », film du journaliste François Ruffin, est une information pour l’ensemble de la presse. Invité chez Europe1 le 24 février, plutôt que de parler de son film, François Ruffin a proposé à Jean-Michel Aphatie de parler du patron d’Europe1, le milliardaire Arnaud Lagardère. Il a expliqué que si un salarié quelconque s’abstenait d’assister à un conseil d’administration d’EADS, il serait viré, contrairement au patron qui, lui, peut se le permettre. C’est aussi une information pour de nombreux médias. Mais est-ce une information pour Europe1 Le Lab ? Non, de même que c’est une information pour tous les médias que le journal quotidien français le moins vendu est Libération, sauf pour Libération.
« Europe1 Le Lab ne traite que de politique », se défend sur Twitter le journaliste Sébastien Tronche. Quant à son confrère Sylvain Chazot, il affirme que Europe1 Le Lab ne traite que de « l’information politique » : Lire la suite

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Sébastien Tronche, Sylvain Chazot | Tagué , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Le journaliste Rachid Laïreche (« Libération ») divorce de la pensée

A-t-il seulement déjà été marié avec ?

     Le 30 décembre 2012, la rédaction toute entière de Libération avait choisi ses « couples de l’année ». « Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon » formaient le premier de la liste.

https://i2.wp.com/lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/media/00/01/712501869.jpg

Rachid Laïreche et Libération appliquent tous les jours le principe qui régit le journalisme depuis une quinzaine d’année : l’information doit être drôle, et si possible obscène. Les journalistes la veulent « décalée », « insolente » et « impertinente ». De cette culture de la coolitude et du jeunisme, ils ont fait un manifeste : « Vive la nouvelle info ! » (voir ci-contre). Ces courageux rebelles refusent de « servir la soupe » à ce qu’ils appellent « les politiques ». Eux s’autorisent une telle généralité mais la généralité « les journalistes » les fait atrocement souffrir. Quand Mélenchon critique certaines de leurs pratiques, c’est une attaque inacceptable contre la liberté de la presse ; quand eux flétrissent en bloc « les politiques », c’est acceptable et c’est exquis. Pour ne pas servir la soupe, on dégueule sur tout le monde, surtout sur Mélenchon, beaucoup moins sur les amis du PS – en toute neutralité, impartialité et déontologie bien entendu. Le 11 février 2016, Rachid Laïreche avait déjà dégueulé son PMU anti-parlementariste (voir « Bernie Sanders, nouvelle idole de Mélenchon »).

Pour les journalistes de Libération, tout est affaire de personnes et tous les jours ils font des métaphores de la relation conjugale. Ce 23 février 2016, Rachid Laïreche nous apprend donc que « Mélenchon divorce de Pierre Laurent et prouve son amour pour Vladimir Poutine » : Lire la suite

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 3. Rachid Laïreche, 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Le passage de Mélenchon chez Ruquier vu par la presse pluraliste et rigoureuse

     L’émission de France2 « On n’est pas couché » est souvent l’occasion pour Jean-Luc Mélenchon de pouvoir exposer ses arguments et propositions politiques. Il y dispose de plus de temps pour répondre aux questions et s’y fait beaucoup moins couper la parole que dans les médias dit « sérieux », « rigoureux » et « déontologiques » – ce qui est un comble. Or, après chaque passage dans « On n’est pas couchés », les médias n’examinent jamais le fond de ses propos, mais seulement la forme, ulcérés par une émission qui s’avère aussi positive pour lui. De plus, obnubilé par tout ce qui pourrait nourrir le personnage du Mélenchon qu’il a fabriqué depuis des années, le Parti médiatique ne retient le plus souvent qu’un seul sujet, source de « clash » et de « buzz » – conformément à la devise du « Petit Journal », émission d’infotainment.
Dans le cas de l’émission d’hier, il n’a retenu, d’une heure, qu’un seul point susceptible d’être déformé, simplifié, caricaturé : Mélenchon « félicite » Poutine. Encore une petite louche de vilain Mélenchon pro-régimes autoritaires ? Seul RTL, qui fait quand même son gros titre sur ce sujet, évoque la constitution de la VIe République, l’économie de la mer et les traités européens.

Lire la suite

Publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Tagué , , , | 31 commentaires

Le journaliste Sébastien Tronche parle comme le vice-président du FN

Comme la famille Le Pen, le journaliste veut faire parler de lui

     Dans son article du 16 février 2016 paru sur Europe1 « Le Lab » (« Jean-Luc Mélenchon et sa quête des 500 signatures de maires pour 2017 »), Sébastien Tronche accuse Mélenchon de « faire parler de lui » et d’avoir « un discours qui rappelle autant la famille Le Pen, Jean-Marie en son temps comme Marine hier, que des candidats comme Nicolas Dupont-Aignan ou Jacques Cheminade. »

Et qui rappelle le discours de Sébastien Tronche ?

     1. Le 11 mai 2012, Steeve Briois disait de Jean-Luc Mélenchon : « son seul programme, c’est essayer de faire parler de lui » ¹.

     2. Le FN de la fédération de la Loire titrait sur son site Internet le 20 mai 2014 : « Le (mauvais) acteur Mélenchon explique comment il a copié Julien Dray pour faire parler de lui ! » :

fnloire

     3. Le 11 avril 2013, Le Monde publiait en page 10 un article de Raphaëlle Besse Desmoulières titré « La stratégie médiatique « antimédias » de Jean-Luc Mélenchon » (et en page 11, un tract d’une page entière contre les homosexuels, rédigé par le mouvement d’extrême droite « La Manif Pour Tous »). Dans un paragraphe intitulé « Escalade verbale » – expression que des dizaines de journalistes pluralistes avaient répétée et répétée les semaines précédentes –, la journaliste non populiste et non démagogue écrivait :

« Mais comme tout homme politique, Mélenchon a besoin des médias. Ayant échoué à se faire élire à l’Assemblée nationale, il ne dispose pas de la tribune dont il aurait rêvé. Un handicap, surtout dans une année sans élection. Pas question d’attendre 2014 pour faire parler de lui. »

     4. Le 7 février 2013, le journaliste Philippe Ridet, du journal Le Monde, décrivait Antonio Ingroia – candidat de gauche aux élections législatives italiennes – comme un homme qui « veut faire parler de lui »². Quatre mots en tout dans son article suffisaient à décrire Ingroia, et le lecteur n’aura même pas su quel mouvement il représentait.

     5. Le 6 mars 2013, le journaliste du Nouvel Observateur Maël Thierrey écrivait, dans son article  » « El Comandante » Mélenchon » :

« En affichant son ardeur pro-Chávez, Mélenchon a profité de l’actualité internationale pour faire parler de lui et s’associer, surtout, à une victoire électorale fêtée quasiment comme un succès du Parti de Gauche. »

Le 6 juillet 2015, Sébastien Tronche avait jubilé d’assimiler la gauche à l’extrême droite en écrivant ceci : Lire la suite

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Mélenchon = Le Pen, Sébastien Tronche | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Tous les jours, « Libération » parle comme Poujade

     Libération, habitué à dénoncer la « démagogie » et le « populisme » mélenchoniens, pratique pourtant quotidiennement le « tous pourris tous menteurs tous guignols ». Dans son article « Bernie Sanders, nouvelle idole de Mélenchon » (11 février), le journaliste Rachid Laïrèche conclut par du PMU anti-parlementariste :

« Reste à savoir si Mélenchon, élu depuis des décennies à tous les étages de la République, pourra incarner un nouveau souffle de la politique en France. »

Quelle étrange ressemblance avec ces mots du journaliste de L’Express Christophe Barbier, qui définissait Mélenchon ainsi le 14 mars 2012 dans « Pour en finir avec Mélenchon »…

« candidat du système, nourri aux fromages de tous les mandats et au gâteau du carriérisme politicard »

Dans « Votez pour le moins pourri… », article paru dans Libération le 22 mars 2014, le militant politique Stéphane Guillon (que Jean-Luc Mélenchon avait défendu quand il se faisait virer de France Inter) crachait aussi son venin poujadiste. Après avoir traité Mélenchon d’antisémite, il l’ accusait (une fois de plus) d’avoir truqué des manifestations et d’apporter un « soutien inconditionnel à Poutine ». (Voir Poujadisme et poutinisme ordinaires au journal Libération. Voir aussi : Journalistes : du poujadisme de séduction massive).

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 3. Rachid Laïreche | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Le traitement très pluraliste de Mélenchon par « Libération », « Europe1 » et « Le Monde »

     Le 10 janvier, Libération lançait un appel à des élections primaires « à gauche ». Les grands journalistes de Libération ne définissent bien entendu jamais « à gauche ». Pour eux, qui décrétaient en 2014 « Nous sommes de gauche » et « L’équipe de Libé est pour l’heure l’honneur de la profession » ¹, il va de soi que Hollande, Valls et Macron sont « la gauche ». Depuis cet appel, ils n’ont cessé de reprocher à Mélenchon son refus de participer à cette « primaire de la gauche », faisant semblant de ne pas comprendre que s’il y participait, et perdait, il serait engagé à soutenir un candidat de droite. Le Parti Médiatique, à l’image de Libération, n’est pas intéressé par la cohérence et les arguments, son seul but étant de perpétuer ce personnage du Mélenchon, tantôt « seul », « sectaire » et « égotiste« , tantôt qui « aboie » et « éructe ».
1. Ainsi, au lendemain de son appel, Libération écrivait dans « Jean-Luc Mélenchon, refus primaire » (article de Rachid Laïreche) :

« […] le taulier du Parti de gauche, qui n’a jamais été fan de cet exercice,  botte en touche et reste seul dans son couloir en vue de la présidentielle. Du genre : cours toujours tu m’intéresses. Jean-Luc Mélenchon ne compte que sur sa personne pour postuler une nouvelle fois à l’Elysée. »

2. Le même journaliste écrivait, le 11 février dans « Jean-Luc Mélenchon, une présidentielle sans parti ni primaire » :

« Il part seul, dans son couloir. »

3. Le 25 janvier, Sylvain Chazot, journaliste chez Europe1 « Le Lab » – bien connu pour ses articles loyaux ² et déontologiques ³ sur Mélenchon – écrivait dans « Jean-Luc Mélenchon se dit « fin prêt » pour l’élection présidentielle 2017 » :

« Il est « fin prêt » à y aller. Et surtout il est « fin prêt » à y aller seul. […] Du coup, Jean-Luc Mélenchon préfère rester tout seul. »

Et le couloir, monsieur Chazot ? Ah, voici le couloir, qui illustre l’article – modèle de journalisme rigoureux et pluraliste – c’est l’image animée d’un faux départ :

Jean-Luc Mélenchon se dit "fin prêt" pour l'élection présidentielle 2017

4. Dans son article du 11 février, « Comment Mélenchon candidat est devenu l’idiot utile de François Hollande », Challenges écrit que Mélenchon est « seul sur son petit cheval ».

5-6. Comme Libération veut que l’on comprenne bien que Mélenchon est « seul », le journaliste Lilian Alemagna illustrait son article « Mélenchon et les « insectes bureaucratiques » de Bruxelles », paru la veille, par cette photographie (et Le Monde aussi, le même jour) : Lire la suite

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 1. Lilian Alemagna, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde, La Dépêche du Midi, Sylvain Chazot | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire